Seule, Kyoto

kyotozen

Il y a un an je me rendais au Japon pour la première fois. Seule. Un voyage qui faisait écho à un autre périple solitaire, en Chine, une dizaine d’années auparavant. Dans son dernier livre, Raymond Depardon parle de la « solitude heureuse du voyageur ». Certains voyages ne se partagent pas. Parce que j’avais envie de découvrir l’ancienne capitale nippone à mon rythme, de me lever à l’aube pour visiter les temples avant que les touristes ne les envahissent, de flâner dans les ruelles désertes à la tombée de la nuit sans autre but que de me perdre, j’ai laissé derrière moi mari et enfants. Sans regret. Je voulais me confronter seule à ce Japon que j’avais tant rêvé. Celui des romans de Tanizaki et de Kawabata, des films de Mizoguchi et de Ozu. Bien sûr le Japon que décrit si bien Nicolas Bouvier n’est plus, l’après-guerre fait désormais partie de l’Histoire et la modernité a raccourci les distances entre les peuples et les cultures. Il n’empêche. En allant à Kyoto et à Nara, en choisissant avec soin mes itinéraires, mes lieux de villégiature, j’ai trouvé ce que j’étais venue chercher : la beauté. Dans l’élégance des kimonos traditionnels, dans l’harmonie visuelle de la cuisine kaiseki, dans la nudité des temples zen et l’extraordinaire foisonnement de la végétation qui embrasse la ville… Je me souviens de cet instant de grâce où, au petit matin, j’ai vu un héron cendré s’envoler dans les jardins silencieux du sanctuaire Heian-jingu; du sentiment de plénitude que j’ai ressenti après avoir fui la foule du Ryoanji, en déjeunant dans un restaurant encore vide, à écouter la pluie d’été tomber sur la végétation luxuriante qui m’entourait; ou encore de l’émotion qui m’a piqué les yeux lorsque je me suis déchaussée pour la première fois dans un petit temple non loin de là où je logeais, et que j’ai pu, assise devant une minuscule forêt de fougères, de mousse et de pierres, goûter à la joie simple et pure de la contemplation…seule.

Nara4 ryoanji1 ryoanji2 Nara3 Nara2 Nara kyoto Isui garden Daitokuji2 Daitokuji Isuien garden 2 Isuien garden 3 bambous

  1. Wapita says:

    Merci Estelle pour ce moment de grâce, pour les références littéraires que je me suis empressée de noter et pour ces superbes photos.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*